L’ORIBUS N°77 – mars 2010

Le 27 février 2010, Robert Buron aurait eu 100 ans.

Au moment de sa mort, le 28 avril 1973, Robert Buron est maire de Laval. Sa mort brutale interrompt un parcours politique original, du MRP au PS, encore plein de promesses. L’émotion est alors considérable, en Mayenne, en France et dans le monde. « Marié » à la Mayenne comme il le disait lui-même, son envergure politique dépasse, en effet, largement les limites du département.

Ministre MRP dans les années d’après-guerre puis ministre du gouvernement Mendès France en 1954, ministre des transports, des travaux publics et du tourisme sous la Ve République de 1958 à 1962, sa carrière fut brillante – au total il a été onze fois ministre ou secrétaire d’état – mais complexe.

Ami de l’abbé Pierre depuis les années cinquante, il est aussi très proche des associations d’aide aux handicapés. Chrétien convaincu, « agnostique chrétien » plaisantait-il parfois, il était discret sur sa foi personnelle. Nul doute que cet humanisme chrétien ait inspiré sa réflexion politique, de la fondation du MRP à son adhésion au socialisme.

Aujourd’hui Robert Buron nous semble un peu oublié. Nombre des thèmes qu’il a abordés, le développement, la construction de l’Europe, les rapports pays riches – pays pauvres, les relations entre religions et politique, la place du handicap et de la pauvreté dans nos sociétés, sont au cœur de nos réflexions actuelles.