L’ORIBUS N°75 – septembre 2009

Sansaki : La longue histoire de la « goutte » dans le Nord-Mayenne
Alain Olivier

Jean-Loup Trassard a publié Sanzaki en 2008. Son texte et ses photographies évoquent magistralement l’importance de la « goutte » dans la culture paysanne de la région.

De l’église à l’usine
Bernard Houël

En 1943, le Cardinal Suhard lit le livre France, Pays de mission? Il en est « bouleversé ». Le constat du dénuement du monde ouvrier et de sa déchristianisation conduit l’Église à concevoir pour certains prêtres un autre engagement pastoral. Il sera double, au service à la fois de l’Église et de la classe ouvrière. Les premiers prêtres ouvriers apparaissent dès 1944 et s’attachent à jouer leur rôle dans l’Église, à l’usine et dans la cité… jusqu’à la décision de Pie XII, en 1953, de les supprimer. Décision ultérieurement atténuée voire contournée par certains. Bernard Houël retrace la riche, délicate voire douloureuse aventure des prêtres ouvriers en se fondant sur le vécu de Mayennais. Oubliés? Retraités, ils entendent continuer de vivre au milieu des autres, solidaires.

1914 : Mayenne ville de transit pour des « indésirables »
Michel Dloussky

Dès les premiers mois de la première guerre mondiale, 652 étrangers civils « indésirables » (Allemands, Autrichiens, Alsaciens-Lorrains ou Européens de l’Est) vivant parfois dans l’hexagone depuis de longues années sont hébergés à Mayenne pour des séjours de durée variable. Démunis, certains ont du mal à trouver du travail dans un milieu hostile. Beaucoup sont bientôt orientés vers d’autres villes de France ou, dans l’attente d’un rapatriement via la Suisse, dirigés vers des camps dits « de concentration ». L’un de ces camps est situé à Pontmain. Michel Dloussky décrit le sort réservé à ces gens qui sont  » à leur manière, des victimes du conflit ».

Ils ont coécrit Histoire de la Franc-Maçonnerie dans la Mayenne,
André Bouton-Marius Lepage : 24 ans de correspondance
Nicole Villeroux

L’érudit sarthois André Bouton et le Franc-Maçon mayennais Marius Lepage publient en 1951 leurHistoire de la Franc-Maçonnerie dans la Mayenne. Autour de cette œuvre novatrice s’est tissée une amitié d’un quart de siècle. La correspondance entre ces deux personnalités comlémentaires permet de retracer la génèse de l’ouvrage et aussi d’évoquer la légende de Volney Franc-Maçon ou encore en ce moment délicat qu’a représenté, en 1961 à Laval, la participation du R.P. Riquel à une « tenue blanche ».

Félix Blaviel maître d’armes d’Alfred Jarry (2)
Jean-Yves Gougeon

Félix Blaviel rejoint en 1886 le 101è R.I. de Laval (l’Oribus N°72). Il enseigne l’escrime à la Caserne Corbineau, au lycée, et à son domicile, quai Sadi-Carnot. Son rayonnement suscite des vocations chez ses élèves: une bonne partie de l’élite sociale et aussi… Alfred Jarry auquel est consacré un long développement: « Alfred Jarry, l’escrime et les duels ». Outre l’évocation d’un grand maître d’armes, le lecteur se voit offrir en prime une promenade dans le Laval de la Belle Époque (les bateaux-lavoirs, le Musée…) et une série d’instantanés (le rôle de l’escrime dans l’armée et la société; la persistance de duels parfois retentissants; la vie familiale et religieuse…).

Le squelette humain de Voutré date de la  Tène
Jérôme Tréguier et Stéphanie Pruvot

Découvert le 16 juillet 1878 dans une grotte à Voutré (l’Oribus n° 70), un squelette a été retrouvé en 2007 dans les réserves du musée du Vieux-Château à Laval. La datation au carbonne 14 d’un fragment de côte situe le squelette dans un intervalle compris entre 359 et 171 avant J.-C.