couverture n°99 - juin 2017 | A la découverte de l’abbé Angot

L’oribus n°99 – Juin 2017

Cent ans ont passé depuis le décès d’Alphonse Angot, prêtre et auteur de cent soixante ouvrages d’histoire locale. Parmi ceux-ci, les quatre volumes du Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne firent sa renommée et sont toujours utilisés aujourd’hui.
Dans le numéro précédent, déjà, L’Oribus s’était emparé du personnage et avait exploré sa jeunesse. Né dans une famille de commerçants de Montsûrs, Alphonse Angot a choisi à l’adolescence de faire partie du clergé. Puis, devenu prêtre, vicaire de la paroisse Saint-Vénérand à Laval, il découvre par hasard, par ennui peut-être également, la salle des archives toute proche. Il fait alors l’apprentissage, la trentaine passée, de l’exercice d’historien. Nous l’avions quitté à la veille d’un choix délicat et unique dans notre région, celui de renoncer à la charge de curé pour se consacrer pleinement à la pratique de l’histoire.
Un lecteur curieux et attentif percevra dans les silences du Dictionnaire les opinions de l’abbé. Défavorable à Monseigneur Geay, évêque républicain de Laval, hostile aux Inventaires de 1906, c’est un conservateur. Son souci constant de la vérité l’emmène cependant à constituer parmi les intellectuels mayennais de tous bords un réseau de collaborateurs qui l’appuiera dans son travail de recherche documentaire, et qui, par-delà, donnera naissance à des amitiés solides et durables.
Le portrait du grand historien de la Mayenne serait incomplet sans l’obstination des auteurs de ce numéro. Alphonse Angot, d’une discrétion quasi maladive n’a laissé que peu de traces ; son visage nous est connu par une seule photo à 24 ans, alors qu’il vient d’être ordonné prêtre; les rares éléments recueillis sur sa personne ont permis par petites touches d’apporter de la profondeur au personnage. Gaston Chérel, Nicole Villeroux et Isabelle Las sont partis à la rencontre de l’abbé du Dictionnaire, à votre tour de le découvrir.

couverture de l'oribus 98 | fevrier 2017

L’ORIBUS N° 98 – Février 2017

Au sommaire :

Abbé Angot, Les débuts d’un prêtre historien
par Gaston Chérel

L’émigration agricole en Mayenne après 1945
par Alain Olivier

Édouard Lambert, un Mayennais à la renommée juridique mondiale
par Didier Cholet

Face à Mitterrand, le sénateur Delalande et l’affaire de l’Observatoire
par Dominique Delaunay

La galerie du Château neuf, réflexion sur une hypothèse
par Jacques Salbert

Robert Buron : une autre rencontre
par Michel Gaignard

couverture n° 97

L’oribus n° 97 – Novembre 2016

Au sommaire :

Ambroise Paré et le Japon
J-Y Gougeon

Retour sur l’affaire du «Pyromane du dimanche»
Christophe Tropeau

Jacques-Alexandre Mesnard du Hallay, curé de Bonchamp de 1743 à 1773
Michel Ferron

Le poilu de Garango
Françoise Marchand

Louis Prodhomme
Bernard Sonneck

L’oribus n°96 – Mai 2016

Léopold RIDEL, un architecte esthète à Laval par Michel Gaignard

Lors du dernier tiers du XIXe siècle, la ville de Paris, profondément remaniée et « aérée » par le préfet de la Seine Georges Haussmann, se pare d’édifices prestigieux : hôtel de ville, opéra Garnier, basilique du Sacré-Cœur… Pour les Expositions universelles de 1889 et 1900, sont conçus des prodiges tels « la tour de 300 mètres » de Monsieur Eiffel ou le Grand Palais.

Les villes de province, dans la mesure de leurs moyens, ont imité la capitale. À Laval, le paysage urbain fut profondément transformé jusque dans les
années 1860. La modification du tracé du lit de la Mayenne, la construction d’un nouveau pont, les quais et les écluses, l’arrivée du chemin de fer, la « grande traverse » d’est en ouest permettent à la ville de quitter son carcan médiéval et d’entrevoir une certaine modernité.

L’architecte Léopold Ridel ne fut pas un véritable urbaniste. Mais pendant presque trente ans, ce personnage fantasque et créatif réussit à séduire les édiles lavallois avec ses projets parfois très ambitieux.
C’est l’œuvre d’un bâtisseur et artiste attachant que nous avons souhaité mettre en lumière.

Couverture Oribus n°95

L’oribus n°95 – Février 2016

Au sommaire :

Un Mayennais volontaire national de 1791, Bernard Sonneck

Un grand juriste lavallois Robert Le Balle, Didier Cholet

Carnets de Victor Morin 6 février 1916, pour la seconde fois au front, présentation Catherine Le Guen

On ne plaisante pas avec le sel, Jocelyne Dloussky

1916-1931 Alexandre Cardré de la désertion à la Légion,  Jacques Cousin

Chroniques mayennaises, Jean-Yves Delort

Clins d’œil

L’ORIBUS n°94 – Novembre 2015

« Appelés Mayennais en algérie 1954 – 1962 »

Le numéro 94 de L’Oribus est consacré aux appelés mayennais de la guerre d’Algérie. Le cinquantième anniversaire de la fin de la guerre passé, d’anciens combattants ont interpellé notre association à ce sujet ; un groupe de six personnes s’est constitué en 2012 pour travailler cette question.

Au hasard des rencontres amicales et familiales, avec l’aide de l’ONAC, des associations d’anciens combattants, nous avons rencontré une vingtaine de personnes. Nous avons rassemblé aussi des témoignages écrits sur la question. C’est ce que nous souhaitons publier.

La surprise de notre enquête est venue de la quantité considérable de photos rapportées par les appelés. Très nombreuses, elles rendent compte du regard des appelés sur le conflit mais aussi de leur regard sur les Algériens et sur eux-mêmes. Cette brochure utilise largement ces clichés. Dans le même temps, les Archives départementales ont commencé à les numériser, pour les conserver à long terme mais aussi pour exposer un certain nombre d’entre elles dans leurs locaux au printemps 2016.

L’ORIBUS N°93 – mai 2015

Au sommaire :

Il y a quarante ans. Un projet de mairie sur pilotis mobilise Laval, Jean-Yves Delort

Une famille mayennaise achète des emprunts russes, Brigitte Delaunay

André Bellessort : Un voyageur égaré, Xavier Villebrun

1945, Les Mayennais découvrent l’univers concentrationnaire, Christophe Tropeau

L’affaire des placards !, L’élection sénatoriale du 3 janvier 1897, Michel Gaignard

L’ORIBUS N°92 – janvier 2015

Au sommaire :

1947-1951. Rendez à César… les « procès des kermesses », Dominique Delaunay
Les délégations lavalloises aux expositions universelles, Michel Gaignard
Des talents venus de l’Est, Jean-Pierre Diehl
L’affaire Toutain,une comptabilité occulte au XIXe siècle, Hélène Lindner-Bonnin
Les 1er mai mayennais après la Grande Guerre, Christophe Tropeau
Enseigner la Grande guerre, Jean Steunou

L’ORIBUS N°91 – Novembre 2014

Au sommaire :

De la guerre possible à la guerre réelle (janvier – juillet 1914) , Jean Steunou
La Mayenne entre en guerre (août – décembre 1914), Jean Steunou
Saint-Germain-de-Coulamer dans la guerre. Au jour le jour, les notes du curé Chantepie (28 juillet 1914 — 25 novembre 1914), Gaston Chérel
Fernand Vadis, correspondance d’un poilu ernéen (1915-1916), Jean Steunou

image de couverture

LORIBUS N°90 – mai 2014

Au sommaire :

Des «Malgré-nous» polonais dans la Résistance, Jean Chauvin
Perspectives au printemps 1944, Jocelyne Dloussky
3 août 1944, la libération de Landivy, Jacques Deluen
L’été américain de Francis Kérébel, Francis Kérébel
Destin tragique pour l’ancien «poilu», Dominique Delaunay
Être jeune et brancardier à Laval en août 1944, Présentation par Robert Cherbonneau, Jean Maline