Les régiments de la Mayenne dans la Grande Guerre. 1914

Août 1914, suivant l’ordre de mobilisation générale, comme partout en France, six régiments partent des casernes de Laval et de Mayenne. Ils comportent un grand nombre de soldats originaires du département. Bernard Sonneck retrace leurs parcours, pas à pas, d’un champs de bataille à l’autre. À Mangiennes, à Virton, et en bien d’autres lieux, les soldats paient un lourd tribut. À la fin de l’année, le front s’est stabilisée. Un second volume sera consacré à l’année 1915.


La bataille de la Marne, les tranchées, Verdun, le Chemin-des-Dames, voilà des noms qui évoquent encore quelque chose dans la mémoire collective. L’actuel renouveau d’attention provoqué par les commémorations du centenaire se porte principalement sur les aspects humains de cette guerre et sur la façon dont elle été vécue à tous les échelons.

Considérer des événements qui se sont déroulés il y a exactement un siècle à travers le prisme des mentalités actuelles présente l’inconvénient de réduire à l’état de victimes, certes dignes de compassion, mais de compassions seulement, tous ceux-là qui, plus nombreux qu’on ne le pense, simplement et à leur modeste niveau, anonymement le plus souvent, se sont comportés en héros et ont tout enduré, car ils estimaient de leur devoir de défendre leur patrie. La terre sur laquelle ils se battaient étaient la leur; elle est aujourd’hui la nôtre. Ils n’avaient ni déclaré ni souhaité cette guerre, mais ils n’entendaient pas se soumettre et se battaient pour repousser l’envahisseur. On a tendance à l’oublier et alors on ne comprend plus pourquoi ces hommes ont persisté jusqu’au bout à obéir aux ordres d’un commandement aux décisions toujours lourdes de conséquences.

Le but de cet ouvrage est donc de rappeler au public mayennais ce que furent, année après année, mois après mois, voire jour après jour, les combats auxquels prirent part les six régiments qui ont quitté la Mayenne en août 1941 après s’y être formés :

  • les 124e et 130e régiments d’infanterie des garnisons de Laval et de Mayenne, partis le 5 août,
  • les 324e et 330e régiments de réserve qui partirent des mêmes garnisons, partis le 9 août,
  • les 25e et les 26e régiments d’infanterie territoriale, mis sur pied avec les plus agés des réservistes, partis le 12 août.

Consacré à l’année 1914, le fascicule comporte en préliminaire un panorama des armées française et allemande. On suivra ensuite le destin des six régiments lors des phases successives des premiers mois de la guerre :

  • la bataille des frontières et la retraite,
  • la bataille de la Marne, la poursuite de l’ennemi et les combats sur l’Aisne,
  • la course à la mer,
  • l’enlisement dans la guerre des tranchées.