LAVAL 1900, Boutiques et magasins

En 1900, Laval a la réputation d’être une coquette cité de 30 000 habitants, vivant surtout de la fabrication des tissus de coton ou coutils et du commerce des grains.

En ville, le petit commerce est roi. La plupart des boutiques offrent une extraordinaire variété de produits que le client paie comptant : « l’abonnement » ou paiement à tempérament est rare. Quelques maisons laissent libre l’entrée de leur établissement à la manière des grands magasins parisiens, mais le commerçant répugne en général à cette pratique. Il sert lui-même la clientèle avec l’aide de ses commis. Le travail se fait en famille et la boutique se transmet dans la mesure du possible à un enfant ou à un commis méritant. Le plus souvent, les innovations de la grande distribution lancées par quelques précurseurs inquiètent. Le commerce de détail entend rester fidèle à ses traditions en conservant une multitude de magasins particuliers au service quotidien du client.