En Mayenne c’est non !

Enfouir les déchets nucléaires, c’est NON !

27 janvier 2000 : l’Est mayennais découvre que le Massif d’Izé figure dans la liste des quinze sites choisis pour accueillir un éventuel laboratoire de stockage de déchets nucléaires. La nouvelle provoque une véritable levée de boucliers parmi la population.

En deux mois, 50 associations d’opposition se créent, regroupant plus de 8 000 adhérents. Réunions, manifestations spectaculaires se succèdent. L’agitation va bouleverser la vie quotidienne de toute une population, avec des répercussions à plus long terme sur la vie politique du département, les consultations électorales, les relations dans les villages…

La ligne THT, c’est NON !

Juillet 2005 : le parlement adopte la loi de relance sur le nucléaire et la construction, à Flamanville, d’un réacteur de troisième génération : l’EPR, ce qui induit le passage d’une ligne à très haute tension Cotentin-Maine. Trois itinéraires sont choisis, deux d’entre-eux passent par la Mayenne.

Cette fois-ci, c’est le Nord-Ouest mayennais qui réagit en reprenant les modalités du mouvement de défense du Massif d’Izé : création d’associations, manifestations, affichage partout en campagne…