1917. Les régiments mayennais dans la Grande Guerre

1917 devait être l’année de la victoire. La disparition pure et simple de l’allié russe, emporté par les Révolutions, l’écroulement de l’armée italienne à Caporetto, la guerre sous-marine à outrance décrétée par l’Allemagne, la lassitude des populations et le doute qui s’insinuait dans les esprits en firent, pour la France, une des années les plus noires de la guerre. Une lueur d’espoir se levait toutefois, avec l’arrivée des Américains.

couverture n°99 - juin 2017 | A la découverte de l’abbé Angot

L’oribus n°99 – Juin 2017

Cent ans ont passé depuis le décès d’Alphonse Angot, prêtre et auteur de cent soixante ouvrages d’histoire locale. Parmi ceux-ci, les quatre volumes du Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne firent sa renommée et sont toujours utilisés aujourd’hui.
Dans le numéro précédent, déjà, L’Oribus s’était emparé du personnage et avait exploré sa jeunesse. Né dans une famille de commerçants de Montsûrs, Alphonse Angot a choisi à l’adolescence de faire partie du clergé. Puis, devenu prêtre, vicaire de la paroisse Saint-Vénérand à Laval, il découvre par hasard, par ennui peut-être également, la salle des archives toute proche. Il fait alors l’apprentissage, la trentaine passée, de l’exercice d’historien. Nous l’avions quitté à la veille d’un choix délicat et unique dans notre région, celui de renoncer à la charge de curé pour se consacrer pleinement à la pratique de l’histoire.

couverture de l'oribus 98 | fevrier 2017

L’ORIBUS N° 98 – Février 2017

Au sommaire :

Abbé Angot, Les débuts d’un prêtre historien
par Gaston Chérel

L’émigration agricole en Mayenne après 1945
par Alain Olivier

Édouard Lambert, un Mayennais à la renommée juridique mondiale
par Didier Cholet

Face à Mitterrand, le sénateur Delalande et l’affaire de l’Observatoire
par Dominique Delaunay

La galerie du Château neuf, réflexion sur une hypothèse
par Jacques Salbert

Robert Buron : une autre rencontre
par Michel Gaignard

couverture n° 97

L’oribus n° 97 – Novembre 2016

Au sommaire :

Ambroise Paré et le Japon
J-Y Gougeon

Retour sur l’affaire du «Pyromane du dimanche»
Christophe Tropeau

Jacques-Alexandre Mesnard du Hallay, curé de Bonchamp de 1743 à 1773
Michel Ferron

Le poilu de Garango
Françoise Marchand

Louis Prodhomme
Bernard Sonneck

couverture du Hors-Série "1916, les régiments.."

1916. Les régiments de la Mayenne dans la Grande Guerre

L’année 1916 reste dans la mémoire française comme celle de Verdun, bataille emblématique, symbole de la volonté farouche d’un peuple à résister à l’envahisseur ; « Ils ne passeront pas ! », C’est aussi et surtout celle de la Somme, où les pertes cumulées des belligérants dépassèrent le million d’hommes.

LAVAL : arrêt sur images

Dans ce très beau livre, Jocelyne et Irène Dloussky accompagnent le lecteur sur les bords de la rivière La Mayenne de Saint-Pierre-le-Potier à Changé dans un parcours intemporel où se mêlent photographies anciennes – soigneusement sélectionnées dans les collections des Archives de la Mayenne – et clichés contemporains. L’idée est formidable et le résultat remarquable : le temps semble suspendu.

Plus d’informations

Marche mémoire à Montsûrs | 29 mai

Dimanche prochain, le Mémorial des déportés de la Mayenne organise une « marche mémoire » à Montsûrs, sur les traces de l’ancien camp d’internement pour nomades. Il s’agit d’un rendez-vous unique. Ce circuit commenté (d’environ 3 km) sera ponctué de lectures qui retraceront le quotidien des nomades, entre 1940 et 1942. Ce parcours fera découvrir les lieux marqués par cette histoire locale.

Cette marche est organisée en partenariat avec l’association mayennaise d’action auprès des gens du voyage (AMAV), la mairie et le collège Béatrix de Gâvre de Montsûrs et le comité départemental de randonnée.

L’oribus n°96 – Mai 2016

Léopold RIDEL, un architecte esthète à Laval par Michel Gaignard

Lors du dernier tiers du XIXe siècle, la ville de Paris, profondément remaniée et « aérée » par le préfet de la Seine Georges Haussmann, se pare d’édifices prestigieux : hôtel de ville, opéra Garnier, basilique du Sacré-Cœur… Pour les Expositions universelles de 1889 et 1900, sont conçus des prodiges tels « la tour de 300 mètres » de Monsieur Eiffel ou le Grand Palais.

Les villes de province, dans la mesure de leurs moyens, ont imité la capitale. À Laval, le paysage urbain fut profondément transformé jusque dans les
années 1860. La modification du tracé du lit de la Mayenne, la construction d’un nouveau pont, les quais et les écluses, l’arrivée du chemin de fer, la « grande traverse » d’est en ouest permettent à la ville de quitter son carcan médiéval et d’entrevoir une certaine modernité.

L’architecte Léopold Ridel ne fut pas un véritable urbaniste. Mais pendant presque trente ans, ce personnage fantasque et créatif réussit à séduire les édiles lavallois avec ses projets parfois très ambitieux.
C’est l’œuvre d’un bâtisseur et artiste attachant que nous avons souhaité mettre en lumière.

1914-1918, Les hommes, les mots, la guerre | Exposition

Du 04 au 26 juin, la médiapôle propose une exposition basée sur la publication de l’ouvrage éponyme par Alain d’Amato.
Mettant à profit des photographies d’époque colorisées par ses soins, l’auteur nous invite à un regard renouvelé sur la période, tout en permettant l’accès à des films et à des bandes sons rendant vivante cette rencontre émouvante avec le souvenir de la Grande Guerre.

L’auteur sera présent le 3 juin à partir de 16h pour une séance de dédicaces.