couverture du numéro 100

L’Oribus n° 100 – Décembre 2017

En 1980, lorsque naquit la revue, ses fondateurs ne s’étaient pas posé la question de son devenir. Il existait une lacune dans l’historiographie mayennaise, le pari était de la combler. Quant à imaginer l’avenir à plus ou moins long terme… Et pourtant, 37 années après, 100 numéros édités, sans compter les éditions parallèles, L’Oribus est toujours présent.

En éditant ce numéro 100, l’association a voulu marquer l’événement, d’où son volume augmenté et son contenu particulier. Après débats, souvent vifs, une habitude oribusienne, il a été convenu de centrer le contenu de cette brochure sur une année, de l’été 1980 à l’été 1981, période qui vit la création de la revue et la mise en place de l’association. Mois par mois, il s’agit de retrouver l’actualité mayennaise contemporaine de la création de L’Oribus.

Couverture du cahier sur blaviel

Félix Blaviel, Maître d’arme d’Alfred Jarry

Les cahiers de l’Oribus livre en novembre une courte présentation de Félix Blaviel. Maître d’armes d’Alfred Jarry, il est devenu un personnage emblématique du Laval de la Belle Époque. À travers une série d’articles cet ouvrage apporte aussi une contribution à plus d’un siècle d’histoire d’escrime lavalloise.

couverture du hors-série 1917

1917. Les régiments mayennais dans la Grande Guerre

1917 devait être l’année de la victoire. La disparition pure et simple de l’allié russe, emporté par les Révolutions, l’écroulement de l’armée italienne à Caporetto, la guerre sous-marine à outrance décrétée par l’Allemagne, la lassitude des populations et le doute qui s’insinuait dans les esprits en firent, pour la France, une des années les plus noires de la guerre. Une lueur d’espoir se levait toutefois, avec l’arrivée des Américains.

couverture n°99 - juin 2017 | A la découverte de l’abbé Angot

L’oribus n°99 – Juin 2017

Cent ans ont passé depuis le décès d’Alphonse Angot, prêtre et auteur de cent soixante ouvrages d’histoire locale. Parmi ceux-ci, les quatre volumes du Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne firent sa renommée et sont toujours utilisés aujourd’hui.
Dans le numéro précédent, déjà, L’Oribus s’était emparé du personnage et avait exploré sa jeunesse. Né dans une famille de commerçants de Montsûrs, Alphonse Angot a choisi à l’adolescence de faire partie du clergé. Puis, devenu prêtre, vicaire de la paroisse Saint-Vénérand à Laval, il découvre par hasard, par ennui peut-être également, la salle des archives toute proche. Il fait alors l’apprentissage, la trentaine passée, de l’exercice d’historien. Nous l’avions quitté à la veille d’un choix délicat et unique dans notre région, celui de renoncer à la charge de curé pour se consacrer pleinement à la pratique de l’histoire.

couverture de l'oribus 98 | fevrier 2017

L’ORIBUS N° 98 – Février 2017

Au sommaire :

Abbé Angot, Les débuts d’un prêtre historien
par Gaston Chérel

L’émigration agricole en Mayenne après 1945
par Alain Olivier

Édouard Lambert, un Mayennais à la renommée juridique mondiale
par Didier Cholet

Face à Mitterrand, le sénateur Delalande et l’affaire de l’Observatoire
par Dominique Delaunay

La galerie du Château neuf, réflexion sur une hypothèse
par Jacques Salbert

Robert Buron : une autre rencontre
par Michel Gaignard

couverture n° 97

L’oribus n° 97 – Novembre 2016

Au sommaire :

Ambroise Paré et le Japon
J-Y Gougeon

Retour sur l’affaire du «Pyromane du dimanche»
Christophe Tropeau

Jacques-Alexandre Mesnard du Hallay, curé de Bonchamp de 1743 à 1773
Michel Ferron

Le poilu de Garango
Françoise Marchand

Louis Prodhomme
Bernard Sonneck

couverture du Hors-Série "1916, les régiments.."

1916. Les régiments de la Mayenne dans la Grande Guerre

L’année 1916 reste dans la mémoire française comme celle de Verdun, bataille emblématique, symbole de la volonté farouche d’un peuple à résister à l’envahisseur ; « Ils ne passeront pas ! », C’est aussi et surtout celle de la Somme, où les pertes cumulées des belligérants dépassèrent le million d’hommes.

LAVAL : arrêt sur images

Dans ce très beau livre, Jocelyne et Irène Dloussky accompagnent le lecteur sur les bords de la rivière La Mayenne de Saint-Pierre-le-Potier à Changé dans un parcours intemporel où se mêlent photographies anciennes – soigneusement sélectionnées dans les collections des Archives de la Mayenne – et clichés contemporains. L’idée est formidable et le résultat remarquable : le temps semble suspendu.

Plus d’informations

Marche mémoire à Montsûrs | 29 mai

Dimanche prochain, le Mémorial des déportés de la Mayenne organise une « marche mémoire » à Montsûrs, sur les traces de l’ancien camp d’internement pour nomades. Il s’agit d’un rendez-vous unique. Ce circuit commenté (d’environ 3 km) sera ponctué de lectures qui retraceront le quotidien des nomades, entre 1940 et 1942. Ce parcours fera découvrir les lieux marqués par cette histoire locale.

Cette marche est organisée en partenariat avec l’association mayennaise d’action auprès des gens du voyage (AMAV), la mairie et le collège Béatrix de Gâvre de Montsûrs et le comité départemental de randonnée.